Narciso Yepes

Narciso Yepes

Narciso Yepes est né dans une famille modeste à  Lorca, dans le sud de l’Espagne. Son père lui donne sa première guitare quand il a quatre ans. Il suit ses premières leçons auprès de Jesus Guevara, à  Lorca. Quand la guerre civile éclate en 1936, la famille déménage à  Valence.

A 13 ans, il est pris au conservatoire de Valence et est l’élève du pianiste et compositeur Vicente Asencio. Il suit des cours d’harmonie, de composition et d’interprétation.

Guitariste espagnol

Le 16 décembre 1947, il fait ses débuts à  Madrid en jouant le Concierto de Aranjuez de Joaquin Rodrigo avec l’Orchestre National espagnol, sous la direction d’Ataúlfo Argenta. Son interprétation remporte un vif succès auprès du public comme de la critique et le rend célèbre du jour au lendemain. Peu après, il part en tournée avec Argenta en Suisse, en Italie, en Allemagne et en France. Au cours de cette tournée, il contribue largement au succès croissant du Concierto de Aranjuez.

En 1950, il se produit à  Paris puis consacre un an à  l’étude de l’interprétation avec le violoniste George Enesco et le pianiste Walter Gieseking. Il assiste également à  des leçons de Nadia Boulanger. Il passe ensuite pas mal de temps en Italie où il rencontre des artistes de tous bords.

En 1952, il arrange un morceau de guitare traditionnel appelé «Romance» (ce morceau sera ensuite repris par My Chemical Romance et Pearl Jam) qui sert de thème au film «Jeux interdits» de René Clément et lance véritablement sa carrière sur le plan international. Yepes a également joué d’autres morceaux pour la bande sonore du film. Il continue à  composer de la musique de film notamment pour «La Fille aux Yeux d’Or» (1961) et «La veuve du capitaine Estrada» (1991). En 1967, il se distingue dans le rôle d’un musicien dans la version filmée d’«El amor brujo» («L’amour sorcier»).

Accordage

En 1964, Yepes joue le Concerto d’Aranjuez avec l’Orchestre philharmonique de Berlin sur une guitare à  dix cordes qu’il a mise au point en collaboration avec le célèbre luthier José Ramirez. Yepes est devenu le plus ardent défenseur de la guitare à  10 cordes, un instrument qui permet de transcrire des Å“uvres écrites à  l’origine pour luth baroque sans transposition délétère des notes graves. Cependant, l’intérêt principal de cet instrument tient à  l’ajout de cordes de résonance do, la#, sol#, fa# qui produisent ainsi la première guitare délivrant une résonance sympathique réellement chromatique, similaire à  celle produite par la pédale forte du piano.

A partir de 1964, Yepes se sert exclusivement d’une guitare à  10 cordes pour se produire aux quatre coins du monde avec les plus grands orchestres. Il donne en moyenne 130 concerts par an.

Yepes explore la musique

Non content d’être un musicien accompli, Yepes est aussi un grand érudit. Ses recherches dans des manuscrits oubliés des seizième et dix-septième siècles ont mené à  la redécouverte d’innombrables Å“uvres pour guitare ou luth. Il est également le premier à  enregistrer les Å“uvres complètes pour luth de Bach sur des instruments d’époque (luth baroque à  14 chÅ“urs). De plus, à  travers une étude patiente et intensive de l’instrument, Narciso Yepes développe une technique révolutionnaire et lui découvre des ressources et des possibilités insoupçonnées.

Il a reçu d’innombrables prix et titres honorifiques dont la Médaille d’or du mérite artistique attribuée par le roi Juan Carlos I, sa nomination à  l’Académie «Alfonso X el Sabio» et un doctorat à  titre honorifique décerné par l’université de Murcia. En 1986, il est récompensé par le Prix national de musique d’Espagne et est élu à  l’unanimité à  l’Académie Royale des Beaux Arts espagnole.

Depuis 1993, la maladie force Narcisco Yepes à  réduire ses apparitions en public. Il donne son dernier concert le 1 mars 1996, à  Santander (Espagne). Il décède en Murcie en 1997.
Il était marié à  Marysia Szummakowska. Leur fils, Ignacio Yepes, est chef d’orchestre et leur fille, Ana Yepes, est danseuse et chorégraphe.